Recherches paléontologiques.

Les recherches en Paléontologie sont effectuées par les enseignants-chercheurs, les chercheurs, les étudiants de 3e cycle du Laboratoire. Des collaborations sont nouées avec des centres universitaires français et étrangers, voire des amateurs passionnés de Paléontologie.

La Paléontologie des Invertébrés constitue l'axe de recherche essentiel du Laboratoire et certains groupes d'organismes fossiles, comme les foraminifères, les ostracodes, les ammonites et les rudistes font l'objet d'études systématiques détaillées.

D'autres thèmes de recherche sont abordés, certains résultant des seuls travaux de Paléontologie, tels la Biostratigraphie, l'étude des modalités de l'Evolution ou encore la Paléobiogéographie. D'autres (Biosédimentologie) sont issus de collaborations avec des sédimentologues et des géochimistes, et conduisent à des reconstitutions des milieux de vie du passé : les paléoenvironnements. Les périodes géologiques privilégiées dans ces recherches sont le Jurassique, le Crétacé, le Miocène et le Quaternaire.

La Provence tient une place de choix dans l'expression de la recherche sur le terrain, mais bien d'autres régions ont été ou sont étudiées : sur le pourtour méditerranéen (Maghreb, Italie, Espagne, Grèce, etc.), en Arabie Saoudite et en Oman, en Australie, dans l'Océan Indien et l'Océan Pacifique, en Amérique du Sud.

Soucieux des applications pratiques de leurs travaux, les paléontologues du laboratoire collaborent à des recherches d'exploration pétrolière, de cartographie géologique et d'exploration des fonds océaniques.

Le C.N.R.S. et l'Université de Provence, la Mission de la Culture de l'Information et des Musées du ministère de la Recherche soutiennent financièrement les recherches paléontologiques du Laboratoire.

Organismes actuels et fossiles étudiés dans le laboratoire


Les Rudistes

Cliquer sur l\image pour plus de détails.Cliquer sur l\image pour plus de détails.

Les rudistes constituent une superfamille à l'intérieur de la classe des bivalves. Ils apparaissent au Jurassique supérieur, il y a environ 154 millions d'années et disparaissent à la fin du Crétacé, il y a 65 millions d'années.

Les rudistes ont peuplé les fonds des mers chaudes et peu profondes de la Téthys, constituant parfois, à l'image des coraux actuels, des colonies qualifiées de "récifs" à rudistes. Au Crétacé l'accumulation des coquilles de rudistes a largement contribué à la formation de roches calcaires.

Photo de gauche : rudiste "géant" du genre Macgillavryia du Campanien du Sultanat d'Oman. (l'échelle est de 5 cm).

Photo de droite : colonie de rudistes (Durania cornupastoris). Turonien supérieur. Cap Canaille près de Cassis, B-d-R. (l'échelle est de 10 cm).


  • Jean PHILIP (2000) Une extinction dans les mers tropicales de l'ère secondaire. Pour la Science. Dossier hors série : "La valse des Espèces". p 86-93.
 

Pour en savoir plus, contactez les spécialistes du laboratoire :