Crétacé supérieur de Provence.

Le Crétacé supérieur continental.


Campanien (Valdonnien-Fuvelien)

Cliquer sur l\image pour plus de détails.
Coupe synthétique du Crétacé supérieur du Bassin de l'Arc.
d'après Philip, inédit.

Valdonnien

L'étage Valdonnien a été créé en 1878 par Matheron sans que cet auteur ait toutefois défini une coupe-type. Celle-ci a été décrite par Babinot et Durand (1980) à la Pomme le long de la RN 96. Le Valdonnien affleure aussi de façon remarquable le long de la RN 8 bis au lieu-dit Bouteille. Epais de 70m., le Valdonnien est caractérisé par une alternance de bancs de calcaires fins (mudstones) et de marnes grises, plus rarement d'intercalations de grès grossiers. La faune (gastéropodes, lamellibranches) et la flore (charophytes, cyanophycées) indiquent un milieu de dépôt lacustre dans un environnement confiné propice à la conservation de matière organique. Les fossiles caractéristiques sont les gastéropodes Campylostylus galloprovincialis et Melania.

Fuvélien

Etage créé par Matheron en 1878 pour désigner : « le grand groupe des couches auxquelles sont subordonnés les lignites qu'on exploite dans le bassin de Fuveau ».

Babinot et Durand (1980) ont proposé comme coupe-type du Fuvélien celle qui affleure le long de la RN 96 au nord de la Pomme et comme coupe complémentaire celle de la RN 8 bis au sud de Peynier.

Epais de 230m. au sud de Fuveau, le Fuvélien est formé d'une succession de bancs de calcaires lacustres (mudstones), pyriteux, plus ou moins argileux et plus ou moins riches en matière organique.

On y observe l'intercalation de 8 couches de lignite. La principale de ces couches (connue sous le nom de Grande Mine), épaisse de 2, 50m., se trouve à la partie inférieure du Fuvélien. Elle fut exploitée en profondeur dans le bassin de Gardanne par les Houillères de Provence, jusqu'en 2003, année de la fermeture des exploitations.

Les couches du Fuvélien sont fossilifères : flores terrestres, algues (characées), ostracodes, gastéropodes, lamellibranches, reptiles (crocodiliens, chéloniens) sont les principaux groupes représentés. Les lumachelles à Corbicules constituent un biofaciès caractéristique du Fuvélien.

 

Bégudien

L'étage a été créé par Villot en 1883, mais ce dernier n'a pas donné de coupe-type ni de localisation précise. Cependant, la ferme de la Bégude est sur la route N. 96 au SW de Fuveau. Ainsi, Babinot et Durand (1980) ont donné une coupe détaillée de l'étage, le long de la N. 96, du Jas de Bassan à la gare de la Barque par la ferme de la Bégude.

Le Bégudien, d'une puissance de 320 m. s'y trouve formé d'une alternance de bancs de grès, de calcaires argileux et de marnes grises ou bariolées. Les bancs calcaires prédominent dans la partie supérieure de l'étage.

Les principaux groupes fossiles représentés dans le Bégudien sont des algues (Characées, Cyanophycées formant des concrétions appelées pisolithes) des gastéropodes, et des reptiles (Chéloniens, Crocodiliens, Dinosauriens, ces derniers représentés par des ossements ou des œufs).

La partie inférieure du Bégudien correspond à un milieu de dépôt à cachet fluviatile prédominant tandis qu'à la partie supérieure dominent les faciès lacustres.

 

Rognacien

Cliquer sur l\image pour plus de détails.
Coupe du Rognacien au village de Rousset.
d'après Philip, inédit.

Nom d'étage créé par Villot (1883). Les terrains du Rognacien forment une bande d'affleurement nord-sud, depuis le village de Rognac jusqu'à Vitrolles ; la formation calcaire, partie supérieure de l'étage, forme corniche le long du rivage oriental de l'Etang. De même, le Rognacien est bien représenté dans les environs du village de Rousset.

Le Rognacien du Bassin de l'Arc comprend trois unités lithostratigraphiques

  • A la partie inférieure de l'étage une formation argilo-gréseuse formée d'une alternance de bancs de grès, d'argilites rouges, et de calcaires parfois pisolithiques. Les débris d'œufs et d'a-ossements de reptiles sont fréquents, notamment dans les argilites et les grès. Puissance de cette formation environ 200m. Elle correspond aux « argiles et grès à reptiles » des auteurs.
  • A la partie moyenne, la barre calcaire de Rognac est constituée de 3 assises de calcaires massifs à pisolithes, charophytes, séparées par deux horizons d'argiles ligniteuses riches en gastéropodes (30 m. environ).
  • A la partie supérieure une formation d'argilites peu fossilifères (80 m. environ) dans lesquelles s'intercale dans la partie orientale du bassin de l'Arc des poudingues fluviatiles connus sous le nom de poudingues de la Galante.
 

La limite Crétacé-Tertiaire dans le Bassin de l'Arc

Cliquer sur l\image pour plus de détails.
Succession des anomalies magnétiques normales (en noir) et inverses (en blanc) dans le Crétacé supérieur du Bassin de l'Arc (d'après Westphal et Durand 1990).

A l'Est du Cengle, on trouve encore des œufs de Dinosauriens dans les argiles situées environ 20 m. sous le poudingue de la Galante. Au dessus du poudingue se placent quelques mètres d'argiles, surmontées par le calcaire dit du Vitrollien (attribué au Dano-Montien). Ce calcaire est très riche en débris de Microcodium. Les argiles qui surmontent le calcaire Vitrollien sont dépourvues de débris d'œufs de reptiles.

Les études paléomagnétiques de la série fluvio-lacustre du bassin de l'Arc ont conduit Westphal et Durand (1990), à établir la succession des anomalies magnétiques, que ces auteurs ont pu corréler avec la coupe-type de Gubbio dans les Apennins. Il résulte de ces travaux que le Valdonnien serait inclus dans le magnétochrone de polarité normale 34, rapporté au Santonien (supérieur), ce qui n'est pas en accord avec la chronostratigraphie établie par les fossiles, qui attribuait le Valdonnien au Campanien. Le Fuvélien et le Bégudien représenteraient respectivement le Campanien inférieur et le Campanien supérieur (anomalie magnétique 32 A et B). Quant au Rognacien il renfermerait les magnétochrones de polarité normale 30, 31, 32 et serait donc l'équivalent du Maastrichtien. La limite K/T se situerait alors au sommet des argiles du Rognacien supérieur, sous le poudingue de la Galante, interprétation qui rejoint celle de la biostratigraphie.

 

Autres affleurements de Crétacé supérieur continental

Cliquer sur l\image pour plus de détails.
Variations de faciès du Crétacé supérieur fluvio-lacustre dans les synclinaux de l'Arc et du Val. La base du Tertiaire est supposée horizontale. (d'après Babinot et Durand 1980).

Dans le Bassin du Beausset, seuls sont représentés les dépôts du Valdonnien et du Fuvélien, directement recouverts par la nappe de charriage du Vieux Beausset. L'absence du Bégudien et du Rognacien dans cette partie de la Provence peut s'interpréter comme une preuve du soulèvement précoce de cette région dès la fin du Crétacé. Les lignites du Fuvélien ont été exploités à Fontainieu, au sud du Brulat. C'est en ce lieu historique que Marcel Bertrand a démontré pour la première fois en Provence l'existence des nappes de charriage.

Sur la bordure sud du synclinal de l'Arc et dans le massif de la Sainte-Baume, la série du Crétacé supérieur continental est complète, bien que réduite en épaisseur. La présence de brèches syntectoniques dans le Bégudien et le Rognacien ont conduit à la mise en évidence d'une phase tectonique précoce (phase laramienne) responsable d'un début de surrection des chaînons de l'Etoile et de la Sainte Baume.

Le Crétacé supérieur continental assure enfin le remplissage des synclinaux du Haut Var (Val-Vins, Fox Amphoux) et des Alpilles, où il constitue le toit de la Bauxite.